Les experts dressent le profil des agresseurs féminins ; identifier les fonctionnalités abusives en 5 points | Rio de Janeiro

by Sally

Les experts dressent le profil des agresseurs féminins ; identifier les fonctionnalités abusives en 5 points

Identifier une femme agresseuse n’est pas une tâche simple. En général, ce criminel n’a pas de caractéristiques apparentes comme l’arme d’un cambrioleur à la main. Dans de nombreux cas, il n’a même pas de casier judiciaire. Alors comment l’empêcher ?

LA G1 entendu des spécialistes et des personnes qui traitent quotidiennement le sujet pour dresser le profil de ces hommes. De plus, le comportement des agresseurs est un élément fondamental de l’identification. Ils sont souvent appelés « citoyens ordinaires ».

Série G1 : féminicides et violences faites aux femmes en JR :

  • 80% des prévenus pour fémicide commis en 2018 sont en prison
  • Caxias enregistre le plus grand nombre de cas : voir rapports

Selon la déléguée Fernanda Fernandes, qui travaille quotidiennement dans la lutte contre ce type de délit au sein du Service de police pour les femmes (DEAM) de Duque de Caxias, Baixada Fluminense, « même les personnes qui vivent avec l’agresseur ne croient pas qu’il a commis ce type d’infraction ».

« Nous avons comme modèle d’agresseurs de violence domestique une personne qui travaille, a une vie sociale, est primaire et avec un bon bagage. Dans la plupart des cas, nous avons ce modèle d’agresseur « personne normale ».

En 2018, plus de 31 000 cas ont été enregistrés dans les postes de police pour femmes de l’État.

Paulo Cesar Conceição, 46 ​​ans, coordonne un centre de réadaptation pour hommes condamnés par les tribunaux pour violences conjugales. À la G1, il a déclaré que la violence domestique est omniprésente dans la société et est à peine remarquée.

« Il [o agressor] c’est le « citoyen ordinaire », c’est le chauffeur de bus, l’homme d’affaires, le boutiquier, le religieux. La violence domestique est enracinée dans notre société de telle manière qu’elle est invisible », a-t-il déclaré.

Le psychologue Paulo Patrocínio a souligné que la violence est présentée de différentes manières et pas seulement à travers la forme physique, qui est plus connue. Sont-ils:

  • Violence physique
  • Violences psychologiques
  • violence contre les biens
  • violence morale
  • violence sexuelle

Patrocínio a expliqué que la violence à l’égard des femmes se produit généralement à travers un cercle vicieux. Selon lui, les relations passent par trois étapes qui se répètent sans cesse. Et la violence peut être stoppée de deux manières : avec l’interruption de la relation ou avec le fémicide.

« Le cycle de la violence commence par la ‘tension’. Quand un couple perd le dialogue, l’humiliation, la provocation et les insultes commencent. À un moment donné, cette tension perd le contrôle et une explosion se produit, qui finit par générer de la violence. Dans cette deuxième étape, des rapports sexuels forcés, des gifles, des coups de poing ont lieu. Peu de temps après, il y a une pause dans certains cas. La femme va chercher ses droits garantis par la loi », a expliqué la psychologue.

« Dans la troisième étape, c’est l’intervalle appelé ‘lune de miel’. L’homme comprend qu’il a perdu sa femme et essaie de la reconquérir. Il s’excuse, jure d’aimer, fait des cadeaux, fait des promesses, avec une grande intensité. Il ne veut pas lui laisser le temps d’y réfléchir. Après qu’ils soient à nouveau ensemble, il ne se voit plus et retourne à l’étape de la tension », a-t-il ajouté.

1 sur 1 Cycle de violence contre les femmes — Photo : Fernanda Garrafiel/ Arte G1

Cycle de violence contre les femmes — Photo : Fernanda Garrafiel/ Arte G1

Selon les experts, les couples qui ont vécu des épisodes de violence ont partagé une relation abusive. La victime, dans la plupart des cas, n’a identifié les « irrégularités » de la relation qu’après que les agressions aient eu lieu.

Pour éviter les épisodes de détresse émotionnelle et même de violence physique, le spécialiste Paulo Cesar Conceição a énuméré cinq points d’attitudes abusives dans les relations (voir liste ci-dessous). Si la femme identifie la présence d’un ou plusieurs facteurs, elle doit être vigilante.

Cinq comportements qui identifient un délinquant potentiel

  1. Interférer avec la façon de s’habiller du partenaire ;
  2. Habitude de contrôler ses réseaux sociaux;
  3. Il humilie et a pour habitude de maudire son partenaire ;
  4. Possessivité, il détermine toujours ce que fera le couple ;
  5. Il interfère avec les relations sociales.

Pour signaler des abus et des agressions envers les femmes, tout citoyen peut contacter le Centre d’aide aux citoyens au 2334-8823/2234-8835, ou en appelant le numéro de téléphone de Disque Denúncia 2253-1177.

La personne peut également rechercher le poste de police le plus proche pour l’assistance aux femmes et peut également demander de l’aide au bureau du défenseur public ou via le site Web du ministère public de Rio de Janeiro.

SÉRIE : FEMME EN RJ

N’oubliez pas de partager l’article avec vos amis !

Related Articles

Leave a Comment