comment les parties d’un logo s’emboîtent

by admin

Logos ils sont conçus pour être facilement compris en un coup d’œil, simples et mémorables. Cela peut conduire à l’idée fausse qu’il n’y a pas grand-chose en eux. Mais l’anatomie d’un logo Non seulement c’est plus compliqué qu’il n’y paraît à première vue, mais quiconque veut concevoir un logo doit le connaître s’il veut créer un logo réussi.

Bien que la composition entière soit importante, chaque partie d’un logo a son propre objectif spécifique et un effet particulier sur le spectateur. De plus, différents types de logos peuvent contenir des parties que d’autres excluent. Pour vous aider à créer le meilleur design de logo, nous examinerons les éléments individuels d’un logo et leur fonctionnement.

Logomark

Le logomark est l’icône, le pictogramme ou l’élément graphique d’un logo. C’est généralement la partie la plus reconnaissable d’un logo, destinée à encapsuler l’intégralité de la marque dans une image singulière. Il est réalisé grâce au symbolisme, au langage des formes, à la théorie des couleurs et aux principes de conception, communiquant des traits au spectateur à un niveau subconscient. Il agit souvent comme un avatar, ce qui signifie qu’il ne représente la marque que dans certains contextes lorsque les autres éléments du logo complet sont absents.

Le logo il peut se présenter sous diverses formes. Une marque picturale se modélisera à partir d’une image précise, telle que la coquille de palourde dans le logo Shell ou la queue de paon sur le logo NBC. Une marque abstraite utilisera des formes organiques ou une géométrie sans référence à des images explicites. Un monogramme utilisera une version décorative de la (des) lettre(s) initiale(s) de la marque. Une mascotte utilisera la conception de personnages pour créer un personnage attrayant, souvent celui qui apparaîtra dans d’autres contextes en dehors du logo, comme sur un site Web ou dans une publicité.

Mot-symbole (marque verbale ou nom de marque)

La marque verbale est la partie textuelle de la conception du logo qui montre le nom de la marque. Comme il identifie explicitement la marque, il est comparable en importance au logo, dans la mesure où pour de nombreuses marques le nom de la marque est le logo complet.

La principale préoccupation du word branding est le style typographique et la lisibilité. Comme il est si important pour la reconnaissance des noms, les lettres doivent être lisibles à une large gamme de tailles et de distances.

Les lettres personnalisées sont également préférables à une police standard pour marquer une identité unique. Cela dit, de nombreuses marques renommées utilisent les polices comme point de départ de leur marques verbales.

Une autre considération est quand la typographie de la marque verbale elle devient la base du reste des polices qu’une marque utilisera (dans les lettres et la publicité, par exemple). Les concepteurs doivent tirer parti efficacement de la façon dont les polices de logo communiquent à travers leur forme et leur style.

Pour les logos de marque uniquement, de nombreux concepteurs choisissent un style de lettrage à la main plus créatif étant donné l’absence de tout autre graphique. Cela peut être utile s’il est conforme à la marque et qu’il est toujours lisible. Certaines marques verbales peuvent également contenir des éléments graphiques qui ne seraient pas nécessairement autonomes en tant que logo, tels que sourire amazone.

Devise ou slogan

La devise est la partie textuelle secondaire du logo qui est généralement associée à la marque verbale pour fournir plus d’informations sur la marque. Ce sera souvent un slogan ou des mots qualificatifs qui décrivent la nature de l’entreprise (par exemple, des marqueurs de l’industrie tels que « café » ou « salle de sport »).

Comme l’information est de moindre priorité que le nom de la marque, elle est généralement opposée à la marque verbale avec un style de police plus petit, plus mince ou plus condensé. Vous utiliserez généralement une police plutôt qu’une police de caractères personnalisée, et elle doit être réactive, car le slogan de l’entreprise peut changer avec votre stratégie marketing au fil du temps. Aussi, il n’est pas si important que le slogan soit lisible de loin. Certaines versions du logo peuvent l’omettre entièrement en toute sécurité, car il s’agit d’une caractéristique non essentielle.

Le slogan est le plus utile pour les marques nouvelles ou inconnuescar il offre un contexte plus simple que le logo (qui est basé sur des images et un attrait émotionnel) et la marque verbale (qui ne dit au spectateur que le nom de la marque).

Date et lieu d’établissement

La date et l’emplacement d’établissement dans une conception de logo fournissent l’arrière-plan d’une marque. C’est une inclusion plus rare de nos jours, c’était beaucoup plus une caractéristique régulière dans le passé. Les logos modernes ont tendance à éviter tout excès d’informations dans le but d’être plus optimisés visuellement. Cependant, il peut toujours être utile dans llogo de style emblème pour un look vintage. En dehors de cela, il a également tendance à désigner des entreprises familiales ou locales, étant donné la fierté implicite qui accompagne l’évocation de ses racines géographiques.

Du point de vue de la conception, votre police est encore plus petite que la devise. En règle générale, la date sera placée au-dessus de la marque verbale, avec le « estd » (abréviation de établi) aligné à gauche et la date alignée à droite, et l’emplacement sera placé aligné au centre sous le la marque verbale, créant une mise en page équilibrée.

Encadré

Un cadre est une fonction de conception de logo en option qui entoure le logo dans un tampon ou souligne certains de ses éléments avec des lignes décoratives. Un cadre peut être aussi simple qu’une simple boîte autour du logo ou aussi élaboré qu’une multitude de filigranes complexes. Il peut s’agir de couleurs unies ou de dessins au trait détaillés.

Cadres ornementaux sont particulièrement fréquents dans logos emblèmes, où ils peuvent imiter d’anciens timbres ou affiches. Lorsqu’une conception de logo comporte de nombreux éléments, des embellissements tels que le soulignement et les fioritures peuvent aider à diriger le regard ou à mettre l’accent. Des montures plus élaborées ont tendance à indiquer l’élégance ou la sophistication, car les montures sont elles-mêmes une extravagance inutile.

L’effet du cadre (même si le but est purement décoratif) est de fixer une forme explicite. Une conception de logo générale aura une forme implicite sans cadre, mais les concepteurs peuvent contrôler plus directement la forme que les spectateurs perçoivent avec un cadre.

La forme résultante peut être abstraite, comme un cercle ou un carré, et cela a tendance à être ornementale. La forme peut également être basée sur un objet physique, tel qu’un bouclier ou une étiquette de prix, ce qui peut être utile pour une approche plus illustrative, où le cadre peut soutenir thématiquement les images du logo.

Arrière-plan ou arrière-plan

L’arrière-plan d’un logo il s’agit de n’importe quelle couleur, image, texture ou matériau physique placé derrière le logo. En règle générale, les logos sont conçus dans un logiciel avec des arrière-plans transparents, mais ce n’est pas la même chose que de n’avoir aucun arrière-plan. Au contraire, les logos apparaissent souvent dans une variété de contextes différents (des en-têtes aux T-shirts, sites Web, panneaux d’affichage, etc.), ce qui signifie qu’ils auront un nombre exponentiel d’arrière-plans potentiels.

Hormis les présentations de logos où le designer peut choisir un arrière-plan de couleur unie ou créer une maquette 3D du logo, les autres arrière-plans avec lesquels le logo peut apparaître ne peuvent pas toujours être planifiés à l’avance. Cependant, le concepteur peut configurer le logo pour qu’il soit lisible sur divers arrière-plans dans le cadre du processus de conception.

Espace négatif

L’espace négatif est la partie du logo qui ne peut pas être vue. Décrivez l’espace vide autour et à l’intérieur du logo, partout où il n’y a pas de forme ou de couleur.

Dans un guide de style de marqueLes concepteurs établissent souvent des règles pour la quantité minimale d’espace qui doit exister entre le logo et tout autre objet sur la page ; c’est ce qu’on appelle rembourrage. Sans la bonne quantité de rembourrage, le logo peut être rempli d’autres éléments, compromettant l’effet du logo ou créant des tangentes.

De la même manière, espace négatif doit être géré au sein du logo : un designer doit décider de l’espace à placer entre les éléments du logo, ainsi que chaque lettre de la police (appelée crénage). Étant donné que le logo peut apparaître dans une variété de tailles, un espacement correct est en grande partie une question de s’assurer que le logo se lit bien lorsqu’il est agrandi ou réduit.

L’espace négatif peut aussi être l’occasion de créer des formes à partir de rien. le logo fedexPar exemple, créez une flèche dans l’espace vide de vos lettres. Cette approche peut également être utile pour créer plusieurs silhouettes à partir d’une palette monochrome. Dans l’ensemble, la partie du logo que vous ne pouvez pas voir est tout aussi valable et utile que la partie que vous pouvez voir.

L’anatomie d’un design de logo est une connaissance essentielle pour tout designer, mais ce n’est pas suffisant. Pour obtenir un logo réussi, vous devez assembler ces éléments de manière réfléchie et efficace.

Bien que chaque élément de l’anatomie de la conception de logo puisse mériter sa propre attention, c’est le travail du concepteur de s’assurer qu’ils semblent aller ensemble. Au cours de la phase d’esquisse du processus de conception de logo, de nombreux concepteurs commenceront par la caractéristique principale de leur logo (généralement le logo ou la marque verbale). Cela leur donne un point de référence visuel autour duquel concevoir d’autres éléments.

Une approche peut consister à créer une cohésion grâce à la cohérence des éléments de conception ; par exemple, l’épaisseur des lignes illustratives peut correspondre au poids de la police de caractères. D’un autre côté, le contraste peut donner l’impression que les éléments de conception conversent, réagissent en opposition les uns aux autres.

Enfin, les concepteurs doivent se familiariser avec les principes de composition pour organiser tous les éléments d’un logo de la manière la plus efficace. Il existe des mises en page de logo standard, à savoir une mise en page pyramidale (une disposition centrale descendante qui sert de logo, de marque verbale, de slogan) et une mise en page rectangulaire (dans laquelle le logo est placé à gauche du nom et du slogan de la marque. ).

Ceux-ci sont populaires pour une raison : un logo doit être simple et facile à lire, et parfois trop réfléchir à la composition peut rendre les choses inutilement compliquées. Mais il est toujours important d’explorer vos options de composition, surtout si votre logo contiendra beaucoup d’éléments. Alternativement, de nombreux designers choisissent de créer des compositions polyvalentes.

En fin de compte, de superbes éléments de logo, une excellente composition, beaucoup d’inspiration, de créativité et un excellent designer sont le moyen d’obtenir un logo qui est plus que la somme de ses parties.

Voulez-vous en savoir plus? Accédez ICI aux meilleurs cours de création de logo et d’image de marque, et développez vos connaissances en tant que graphiste.


tu as aimé ce que tu as lu?
Commentez et partagez avec vos amis
Cela peut vous intéresser :

0 comment

Related Articles

Leave a Comment